FÉDÉRATION ANNA LINDH ITALIA - ONLUS

La Federazione Anna Lindh Italia, à but non lucratif, partage les objectifs de la Fondation Anna Lindh créée en 2004 par la Commission européenne en collaboration avec les 42 pays euro-méditerranéens.
Le but de la Fédération est de promouvoir, soutenir et mettre en œuvre l'interaction culturelle et sociale entre l'Italie et les pays euro-méditerranéens dans différents domaines d'action, y compris: l'art, l'architecture, l'archéologie, l'environnement, l'artisanat, les jeunes, les femmes, les droits de l'homme , les migrants, les métiers d'art, l'emploi, la formation, l'éducation, la garde des enfants, les sports, le dialogue inter-religieux, le droit, la musique, la culture alimentaire, l'autonomisation, la tradition, le tourisme, la solidarité sociale, les échanges économiques et culturels, de l'artisanat d'art.
En particulier, la Fédération entend mettre en œuvre des initiatives en faveur des jeunes visant notamment à rétablir leur espoir et la confiance en promouvant le «vraie», le «beau» et le «bon».

La Fondazione Mediterraneo et la Fédération Anna Lindh Italia ont participé - avec leurs propres représentants - à la sixième édition de "ROME MED - MEDITERRANEAN DIALOGUES": l'initiative annuelle de haut niveau promue par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et par l'ISPI ( Institut italien d'études politiques internationales) dans le but de repenser les approches traditionnelles du territoire en intégrant l'analyse des défis actuels avec de nouvelles idées et suggestions et d'élaborer un nouvel « agenda positif », répondant à des défis communs aux niveaux régional et international.
L'édition de cette année était essentiellement consacrée aux effets de la pandémie sur la région méditerranéenne.
Lancé en 2015, MED est rapidement devenu la plaque tournante mondiale des dialogues de haut niveau sur la Méditerranée élargie, impliquant d'éminents dirigeants des gouvernements méditerranéens, des entreprises, de la société civile, des médias et des universités. Les éditions précédentes ont réuni plus de 1000 dirigeants internationaux, dont des chefs d'État et des ministres (parmi eux, le roi de Jordanie, les présidents irakien et libanais, les ministres des Affaires étrangères de la Russie, de l'Iran, de l'Arabie saoudite, de l'Irak, des Émirats arabes unis États-Unis, secrétaire d'État des États-Unis, haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés et envoyé pour la Syrie, ainsi que haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et premier vice-président de la Commission et bien d'autres)
.

L'Institut italien d'études politiques internationales (ISPI) est un groupe de réflexion indépendant et non partisan qui fournit des recherches de pointe et des options politiques viables aux représentants du gouvernement, aux chefs d'entreprise et au grand public qui souhaitent mieux comprendre les problèmes internationaux. Fondée en 1934 à Milan, l'ISPI a toujours adopté une approche pragmatique dans l'analyse des zones géographiques et des sujets d'intérêt particulier pour l'Italie et l'Europe. L'ISPI est le seul institut italien - et parmi les rares en Europe - qui combine une recherche orientée vers les politiques avec un engagement tout aussi significatif en faveur de l'éducation et de la formation, des conférences et des conseils sur les tendances internationales.
En particulier, l'Institut est le principal forum italien de débat sur les affaires internationales et promeut des événements internationaux, notamment des conférences annuelles (comme Rome MED), des forums de dialogue bilatéral avec la France, l'Allemagne, la Suisse et la Russie et des réunions à huis clos pour un public. choisi. En 80 ans, l'ISPI a construit un vaste réseau de think tanks en Europe et dans le monde et depuis 2014, il est le think tank qui représente l'Italie au Think20 (T20), organe consultatif du G20
.

Les quatre piliers
Rome MED repose sur quatre piliers: la prospérité partagée, la sécurité partagée, la migration et la société civile et la culture. Les débats sur ces questions visent à compléter les analyses des défis actuels par de nouvelles idées et suggestions pour accroître la coopération économique, surmonter les rivalités et conflits régionaux et garantir que des incitations adéquates pour le développement durable sont mises en place
.

Lire la suite : ...

Avec de nombreux webinaires, des femmes représentant divers domaines - politique, culture, religion, bénévolat, éducation, science, etc. - les membres du programme KIMIYYA de la Fondazione Mediterraneo ont célébré la "Journée mondiale contre la violence contre les femmes" au Musée de la Paix - MAMT. Les femmes membres de la «Fédération Anna Lindh Italia» y ont participé. C'est l'assemblée de l'ONU en 1999 qui a choisi cette date en souvenir du sacrifice des sœurs Patria, Minerva et Maria Teresa Mirabal, tuées par des agents du dictateur Rafael Leonidas Trujillo en République dominicaine.
Mais quelle est l'histoire des sœurs Mirabal? Pour le savoir, il faut remonter à 1960. Le 25 novembre de cette même année, en effet, trois sœurs ont été tuées par des agents du dictateur Rafael Leonidas Trujillo, à Saint-Domingue, en République dominicaine. Après avoir été arrêtés dans la rue alors qu'ils se rendaient en prison pour rendre visite à leurs maris, ils ont été battus à coups de bâtons et jetés dans un ravin par leurs bourreaux, qui ont tenté de faire passer la violence brutale par un accident.
L'opinion publique a immédiatement compris que les trois femmes avaient été assassinées. Patria, Minerva et María Teresa Mirabal - ce sont leurs noms - étaient, en fait, connues comme des militantes du groupe clandestin Movimento 14 giugno, détesté par le gouvernement. En raison de leur militantisme, en janvier 1960, elles furent également arrêtées et emprisonnées pendant quelques mois, comme le rappelle la page consacrée à leur histoire publiée dans l'Encyclopédie des femmes
.

Lire la suite : ...

Ce fut un honneur pour la Fondazione Mediterraneo et pour la Fédération Anna LIndh Italia (qui regroupe plus d'un millier d'organisations engagées dans le dialogue et la solidarité) de participer à "L'économie de Francesco": la rencontre avec les jeunes économistes voulue par le Saint-Père, qui s'est déroulée du 19 au 21 novembre 2020.
Compte tenu de l'urgence sanitaire dans le monde causée par Covid-19, le comité d'organisation a décidé de célébrer l'événement international entièrement en ligne, avec des liens en direct et en streaming avec tous les membres et intervenants.
Le pape François a envoyé un message vidéo important.
Le président de la Fondation Michele Capasso a souligné l'importance de l'initiative et la confirmation de deux concepts sur lesquels la Fondazione Mediterraneo est née il y a trente ans, en 1990: « transformer l'Amour pour le pouvoir en Pouvoir d'Amour et agir avec générosité par solidarité ».
La prochaine réunion, en personne, se tiendra toujours à Assise et est prévue pour l'automne 2021, lorsque les conditions de santé permettront à chacun de participer.
L'organisation de l'événement The Economy of Francesco 2020 dans la version en ligne a permis à tous les jeunes inscrits de participer à la rencontre dans les mêmes conditions, de partager leur expérience, travail, propositions et réflexions acquises ces derniers mois dans 12 villages.
Le Comité travaille à créer un suivi innovant, participatif et global qui préserve les éléments particuliers de « L'économie de Francesco » (travail de groupe, séances plénières et parallèles avec des conférenciers, spiritualité franciscaine, performances artistiques, expositions) l'enrichissant de les opportunités et les langues qu'offre l'événement numérique.
"L'économie de Francesco" est un mouvement de jeunes avec des visages, des personnalités, des idées qui bougent et vivent partout dans le monde pour une économie plus juste, inclusive et durable et pour donner une âme à l'économie de demain. Le monde a besoin de la créativité et de l'amour des participants qui, en tant qu'artisans et producteurs du futur, tissent l'économie de François.
Dans le message vidéo, le Pape a souligné que la rencontre de "l'Economie de François" n'est pas un point d'arrivée "mais la poussée initiale d'un processus" que nous sommes invités à vivre "comme vocation, comme culture et comme pacte"
.

Lire la suite : ...

Le Pape François a célébré la messe dans la basilique Saint-Pierre à l'occasion de la solennité du Christ Roi de l'univers. À la fin de la célébration, il y a eu le passage des symboles des Journées Mondiales de la Jeunesse, de la Croix et de la copie de l'icône Salus Populi Romani, de la représentation de la jeunesse panaméenne à la jeunesse portugaise, pour la Gmg2023 qui se tiendra à Lisbonne: dans un premier temps prévue pour 2022 et reportée à la pandémie.
«Depuis des années - explique le dicastère pour les laïcs, la famille et la vie - la croix et l'icône Salus Populi Romani accompagnent les préparatifs des éditions internationales des Gmg: la remise des symboles aux jeunes du diocèse qui accueille la journée a toujours eu lieu à l'issue de la célébration du dimanche des Rameaux présidée par le Saint-Père sur la place Saint-Pierre. Cette tradition remonte à 1984 lorsque, à la fin de l'Année jubilaire de la Rédemption, le Pape Jean-Paul II a confié aux jeunes la Croix du Jubilé, aujourd'hui appelée Croix des Gmg, depuis lors au centre de chaque édition internationale des Journées.
En 2003, le Saint-Père a également offert aux jeunes une copie de l'icône de Maria Salus Populi Romani, qui soutient la Croix dans ses pèlerinages à travers le monde ". La Fondation méditerranéenne et la Fédération Anna Lindh Italie soutiennent la
Gmg 2023.

Lire la suite : ...

Dans le cadre d'une collaboration entre l'UNESCO et le Musée, l'UNESCO a lancé en novembre 2019 une série de Master Classes pour les élèves du secondaire.
Conçues comme des espaces de dialogue, elles visent à responsabiliser les jeunes en renforçant leur compréhension et leur capacité à combattre la discrimination, l'intolérance et les inégalités croissantes, ainsi qu'à promouvoir un impact durable en engageant les jeunes à devenir des agents de changement proactifs et des formateurs au sein de leurs propres écoles et communautés.
Cette édition spéciale de la Master Class contre le racisme et les discriminations de l’UNESCO est organisée dans le cadre de la Journée mondiale de la philosophie. Elle invite les jeunes étudiant.e.s de l’enseignement secondaire à s’interroger aux préjugés et stéréotypes sociaux qui mènent au racisme et aux discriminations à travers l’étude critique de la construction de « l’autre ».
L’analyse du racisme en tant qu’objet philosophique amènera ces étudiant.e.s à décortiquer le concept de « race », déconstruire leurs idées préconçues et adopter des stratégies antiracistes innovantes qu’ils et elles pourront ensuite mettre en place dans leurs établissements et communautés.
Ce faisant, cette Master Class soulignera la valeur durable de la philosophie pour le développement de la pensée humaine pour chaque individu et chaque culture et elle permettra de construire une société plus respectueuse et plus tolérante par l'exercice collectif d'une pensée raisonnée et informée.

Programme:

  • Introduction de la Master Class par Mme Anna Maria Majlöf, Cheffe p.i. de la Section Inclusion et droits de l'UNESCO
  • Présentations et discussions interactives avec les élèves :
    • M. Arnaud Demanche, Humoriste
    • Prof. Carole Reynaud-Paligot, Historienne, sociologue, Université Panthéon-Sorbonne
    • Prof. Lazare Ki-Zerbo, Philosophe
    • Prof. Rose Boswell, Directrice exécutive des arts de l’Université métropolitaine Nelson Mandela
    • M. Sanele Xaba, Activiste et fondateur du programme de sensibilisation Rolled Sleeves
    • Modératrice : Mme Arleen Pimentel, Délégation permanente de la République dominicaine auprès de UNESCO
  • Session de dialogue pour prendre des engagements qui seront mis en œuvre dans les écoles et communautés (interventions de la Fondazione Mediterraneo et de la Federazione Anna Lindh Italia)
  • Remarques de clôture
  • Interludes musicaux par Mme Paloma Fayet

Objectifs de la Master Class:

  • Donner aux jeunes, grâce à ce forum d'apprentissage par les pairs, les moyens de renforcer leur compréhension et leur capacité à combattre le racisme et les inégalités;
  • Mettre en lumière ce qui sous-tend les préjugés raciaux et les discriminations, et comprendre comment et pourquoi elles se propagent sur Internet, en-dehors, et dans les médias, l'espace public et toutes les sphères de la vie;
  • Engager les jeunes à devenir des agents de changement proactifs et des formateurs au sein de leurs propres écoles, familles et communautés pour un impact durable;
  • Encourager les décideur.e.s politiques, aux niveaux mondial, national et local, les dirigeant.e.s communautaires et les enseignant.e.s, à poursuivre leurs efforts collectifs dans la lutte contre le racisme et les discriminations.

Lire la suite : ...