Maison de la Paix || Casa Universale delle Culture (FR)

CASA UNIVERSALE DELLE CULTURE

La Maison de la Paix - Casa Universale delle Culture est un lieu hautement représentatif, où transmettre la connaissance des différentes identités et cultures du monde, en structurant de manière permanente des initiatives qui puissent produire la paix nécessaire pour un développement partagé.

La Maison de la Paix - Casa Universale delle Culture (MdP) est un projet conçu par Michele Capasso, auquel ont adhéré les principaux Pays du monde et organismes internationaux. Il s’agit d’une architecture où est gardée la mémoire des nombreuses initiatives de Paix qui ont caractérisé l’histoire, souvent plus que les guerres, mais – surtout – un espace où “construire” la Paix.

L’ensemble architectonique a une valeur symbolique importante : il représente, en effet, les Pays du monde engagés dans le processus de paix et la Pays victimes des conflits.

Proposée par la Fondazione Mediterraneo avec la "Maison des Alliances" – avec les principaux organismes adhérants, tels que l’Assemblée Parlementaire de la Méditerranée, la Ligues des Etats Arabes, la Fondation Euro-méditerranéenne Anna Lindh et autres – la MdP constitue un point de référence pour tous ceux qui veulent “embrasser la paix”.

Son symbole est le "Totem de la Paix" du sculpteur Mario Molinari , que la Fondazione Mediterraneo est entrain de diffuser dans tout le monde, en constituant le réseau des “Ville pour la Paix”.

Le premier siège de la MdP a été inauguré le 14 juin 2010 (Naissance de la Maison de la Paix – Maison Universelle des Cultures) dans l’immeuble historique du Grand Hôtel de Londres à Naples.

L’action de la Maison de la Paix - Casa Universale delle Culture est finalisée à la valorisation des initiative principales du « Forum Universel des Cultures » de : Barcelone (2004), Monterrey (2007), Valparaiso (2010) et Naples (2013).

La Maison de la Paix réalise la plupart des initiatives conjointement avec la Maison de la Méditerranée.

 

Le Président Michele Capasso, les membres du Conseil exécutif et du Comité scientifique international, les chefs des sections autonomes de la Fondazione Mediterraneo expriment leurs sincères condoléances pour le décès de Beji Caid Essebsi, président de la République tunisienne.
Le président Capasso rappelle en particulier l'amitié affectueuse avec l'homme d'État tunisien développée dans le cadre du dialogue euro-méditerranéen fondé sur le respect des valeurs de solidarité et des droits de la personne humaine.

Lire la suite : ...

Cette année également, la Fondazione Mediterraneo  participe au 24ème anniversaire du massacre de Srebrenica: 8 000 jeunes ont été massacrés et plus de 30.000 femmes et filles déportées.
Quelques maisons dispersées habitées principalement par une vieille veuve, un mémorial pour les victimes de la guerre et des étendues de champs à perte de vue. Des champs qui pourraient être cultivés, si seulement il y avait encore les bras pour le faire. De là, vous arriverez à Srebrenica en moins d'une demi-heure, en descendant le long de la route que Ratko Mladic et ses troupes de bourreaux ont parcourues après la chute définitive de la ville. La physionomie du petit centre-ville a récemment été modifiée par un impressionnant bâtiment rouge qui abrite un hôtel et une banque turque. À côté, le minaret de la mosquée principale est dominé par le dôme de l'église orthodoxe. Après ce qui s'est passé dans la première moitié des années 1990, la cohabitation entre la communauté serbe et la minorité musulmane est un défi quotidien. Même il vit maintenant avec agacement les célébrations bruyantes de la machine qui active chaque année le 11 Juillet, le défilé annuel des délégations internationales, les projecteurs qui éclairent jusqu'à une demi-journée, puis aller à nouveau jusqu'à l'année suivante. « Il est vrai, ce sera le premier anniversaire après la condamnation de Mladic et la fermeture de la Cour pénale - reconnaît Bekir, qui était un enfant pendant la guerre - mais ici les nouvelles des phrases viennent comme un écho lointain, non cela modifie les équilibres quotidiens des gens ordinaires ".
Les survivants et les proches des victimes sont obligés de vivre chaque jour le souvenir du génocide et de faire face à une reconstruction morale et matérielle qui, même après tant d’années, peine à décoller.
« Le processus de réconciliation est encore entravée par des idéologies nationalistes jetant dans les blessures du sel d'une longue période a commencé avant le drame ce que le monde se souvient, » dit Hasan Hasanovic, conservateur du centre de documentation du mémorial à Potocari, où il est enterré son père aussi. Le siège de la ville nationaliste serbe a commencé un jour de printemps il y a 26 ans, en 1993. « Les Nations Unies ont négocié un cessez-le, les gens avaient l'illusion d'être en mesure de prendre une grande respiration et nous, les enfants sont allés à jouer au football dans la cour d’école - se souvient-il -, des grenades ont commencé à pleuvoir sur la ville. On a frappé le terrain de jeu en entier et explosé à quelques mètres de moi ».
Ce jour-là, Hasan se sauva par miracle mais vit quatorze de ses camarades de classe mourir. Le massacre qui aurait eu lieu deux ans plus tard a également marqué l'échec de la communauté internationale, comme l'a également rappelé l'exposition photographique installée dans les locaux de l'ancienne base onusienne de Potocari.
Avec 33 inhumations cette année, le total dépassera les enterrements, mais partagent 6.900 le long processus pour donner une identité aux restes de plus de huit mille victimes continue, parce que les bois autour de Srebrenica continuent de retourner les os enterrés dans des fosses communes.
Dragana Vucetic, anthropologue légiste du centre de recherche sur les personnes disparues à Tuzla, confirme qu’il reste encore un millier de victimes à identifier.
La Fondazione Mediterraneo, fondée précisément pour aider les victimes de la guerre en ex-Yougoslavie, est aux côtés de ces populations tourmentées.

Lire la suite : ...

Le Président Michele Capasso a inauguré l'exposition d'articles "Il Mattino" publiés par Antonio Corbisiero avec d'autres membres de l'administration municipale et des personnalités illustres de Salerne.
Une occasion de se souvenir de la valeur des Italiens dans le monde et de l’importance de les réunir pour témoigner de leurs réussites qui font honneur à l’Italie.

Lire la suite : ...

À l’occasion du trentième anniversaire de la Fondazione Mediterraneo, la municipalité de Mercato San Severino et le Centre d’études internationales sur les migrations "Pascal D’Angelo" ont conféré au président Michele Capasso la nomination de "membre honoraire" pour "ses hauts mérites culturels".
Le Président Capasso a remercié les personnes présentes et a passé en revue les principales actions de la Fondation illustrant les initiatives futures en vue de l’annèe  2050.

Lire la suite : ...

La cérémonie de remise des prix de la 12ème  édition du "Mare Nostrum Award 2019" s'est déroulée à Civitavecchia, à bord du navire "Cruise Roma" du groupe Grimaldi.
Créé par "Grimaldi Magazine", le Mare Nostrum Awards est dédié à la promotion des autoroutes de la mer. L’objectif est de renforcer cette opportunité exceptionnelle d’échanges, de relations et de développement durable pour tous les pays méditerranéens.
Le prix des Mare Nostrum Awards s'élève, comme chaque année, à 50 000 euros répartis entre les cinq premiers gagnants qui sont cette année:

  • Francisco Alcaide, pour l'article intitulé "Taking the Broad".
  • Sarra Belguith, pour l'article "Les femmes de la mer en Tunisie".
  • Giorgios Grigoriadis, pour l'article "Daniela: le plus jeune chauffeur de camion n'a que 24 ans".
  • Aldo Torchiaro, pour l'article “Les crocières? Ce sont toujours plus de bateaux d'amour ».
  • Rosa Maria Delli Quadri, pour l'article "Les premières autoroutes de la mer et le tourisme méditerranéen au XIXème siècle".

Le prix spécial "Cavaliere del Lavoro Guido Grimaldi", créé par la famille Grimaldi, a été attribué au journaliste Sergio Luciano, directeur du mensuel "Economie".
Le jury international du prix est composé d’éminents représentants du journalisme et de la culture.
Le président est Bruno Vespa, soutenu notamment par Vassiliki Armogeni, journaliste grecque du magazine Efoplistis, Michele Capasso, présidente de la Fondazione Mediterraneo, Diana De Feo, journaliste à la RAI, Mimmo Jodice, photographe, Paul Kyprianou, ancien président de RoRo European Shipowners, Rosalba Giugni, présidente de Marevivo.
Le secrétaire du Prix est Luciano Bosso, journaliste et directeur du magazine Grimaldi Magazine Mare Nostrum.
À cette occasion, le navire "Cruise Roma" a été inauguré dans sa version agrandie et un protocole d'accord a été signé entre les ports de Barcelone et de Civitavecchia.
La XIIIe édition des prix Mare Nostrum sera lancée en septembre 2019 et se terminera en avril 2020.
L'annonce correspondante sera disponible - à partir de septembre prochain - dans les bureaux de l'Ordre régional des journalistes et sur les sites www.grimaldi.napoli.it et www.grimaldi-lines.com.

Lire la suite : ...

Le président Michele Capasso a participé à la cérémonie de présentation du travail d'extension de la "Cruise Rome" du Groupe Grimaldi: un véritable chef-d'œuvre de l'ingénierie navale.
A cette occasion, en présence du président du groupe Emanuele Grimaldi, un protocole d'accord a été signé entre le port de Barcelone et celui de Civitavecchia.

Lire la suite : ...

Le président Michele Capasso avec Don Giadio De Biasio ne cache pas l’émotion: "Entendre le pape parler de l’hybridation, de la théologie du contexte, de la dignité et de la fraternité laisse une trace car sur ces thèmes nous avons déjà été confrontés il ya 30 ans puis au Forum Civil Euromed de Naples (1997), alors que très peu d’entre eux traitaient de la Méditerranée. Aujourd'hui, le pape François confirme que nos idées et nos propositions étaient des précurseurs de l'époque. Il est significatif que le pape ici a  Naples lance un appel fort en faveur d’une théologie de l’accueil fondée sur le dialogue et la proclamation, qui contribue à la construction d’une société fraternelle entre les peuples de la Méditerranée".
Le pape est à Naples pour la réunion sur "La théologie d'après Veritatis Gaudium dans le contexte méditerranéen", organisée par la Faculté de théologie pontificale du sud de l'Italie - Section San Luigi - Naples.
«Comment nourrir une coexistence tolérante et pacifique qui se traduit par une authentique fraternité? Comment faire en sorte que l'acceptation de l'autre et de ceux qui sont différents de nous l'emporte dans nos communautés car elle appartient à une tradition religieuse et culturelle différente de la nôtre? Comment les religions peuvent-elles être des moyens de fraternité plutôt que des murs de séparation? ". Depuis la colline de Posillipo surplombant la mer, ces questions sont censées constituer une incitation à l’intervention que le pape François adresse aux auditeurs cachés sous des parapluies blancs pour s’abriter de la chaleur du soleil de Naples.
La grande scène blanche sur la place d’une université, celle du siège de la Faculté de théologie de l’Italie du Sud, conçue comme une boîte sans fond qui encadre au loin la Mare Nostrum, la "mer de métissage", en donne une idée. qui veut signifier aujourd'hui cette rencontre du pape dans ce contexte: une porte grande ouverte pour favoriser de nouvelles perspectives de fraternité entre cultures et religions et des horizons pour une "pentecôte théologique", un renouveau des études ecclésiastiques conduisant à une théologie liée à la réalité, à la pratique, de bienvenue, car même "faire de la théologie est un acte de miséricorde". Un atelier pour la réunion.
Pour ouvrir les travaux de la conférence de Naples avec le pape François, le père Pino Di Luccio, doyen de la section San Luigi de la Faculté de théologie pontificale du sud de l'Italie, a salué le pontife. «Ces derniers mois, ils m'ont demandé comment je les ai convaincus de revenir et de participer à cette conférence. Je pense que c'est un cadeau spécial du Saint-Esprit". 

Lire la suite : ...

La conférence annuelle EuroMeSCo s'est tenue à Barcelone et a rassemblé plus de 160 chercheurs, décideurs, universitaires et représentants de la société civile de 25 pays de la région euro-méditerranéenne afin d'analyser les principaux problèmes à la base des relations euro-méditerranéennes.
Cette conférence a également examiné les politiques et stratégies développées par les pays du sud de la Méditerranée vis-à-vis de l'UE et d'autres partenaires.
La conférence était organisée par l'Institut européen de la Méditerranée (IEMed)
La Fondazione Mediterraneo, cofondatrice du réseau, et la Fédération Anna Lindh Italia ont participé aux travaux
.

Lire la suite : ...