FÉDÉRATION ANNA LINDH ITALIA - ONLUS

La Federazione Anna Lindh Italia, à but non lucratif, partage les objectifs de la Fondation Anna Lindh créée en 2004 par la Commission européenne en collaboration avec les 42 pays euro-méditerranéens.
Le but de la Fédération est de promouvoir, soutenir et mettre en œuvre l'interaction culturelle et sociale entre l'Italie et les pays euro-méditerranéens dans différents domaines d'action, y compris: l'art, l'architecture, l'archéologie, l'environnement, l'artisanat, les jeunes, les femmes, les droits de l'homme , les migrants, les métiers d'art, l'emploi, la formation, l'éducation, la garde des enfants, les sports, le dialogue inter-religieux, le droit, la musique, la culture alimentaire, l'autonomisation, la tradition, le tourisme, la solidarité sociale, les échanges économiques et culturels, de l'artisanat d'art.
En particulier, la Fédération entend mettre en œuvre des initiatives en faveur des jeunes visant notamment à rétablir leur espoir et la confiance en promouvant le «vraie», le «beau» et le «bon».

Conformément aux règles Covid-19, jeunes et migrants - en petits groupes et à tour de rôle - se sont réunis sur les 5 étages du Musée de la Paix pour célébrer la 106e Journée mondiale des migrants et des réfugiés, voulue par l'Église depuis 1914. Cela a toujours été une opportunité de se préoccuper des différentes catégories de personnes vulnérables en déplacement, de prier pour les défis et de sensibiliser aux opportunités offertes par la migration.
Le Pape François a choisi cette année le thème «Comme Jésus-Christ, forcé de fuir», et s'est concentré sur la pastorale des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI).
La Présidente Michele Capasso a rappelé l'engagement de trente ans de la Fondazione Mediterraneo et de son personnel en faveur des migrants, résumé dans le parcours émouvant du Musée intitulé «Voix des migrants».
«Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays - il a été souligné - a augmenté au point non seulement qu'il peut être celui de toute une population, mais aussi à tel point qu'il a atteint le niveau le plus élevé jamais atteint. Il y a 50 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays, mais leur sort, aux yeux du monde, est encore plus caché que celui de tout autre réfugié, et c'est parce qu'ils restent à l'intérieur des frontières nationales, bien que victimes de conflits, de violence, de catastrophes environnementales et, aujourd'hui, également de la pandémie de Covid-19. Les pays dans lesquels il y a le plus grand nombre de personnes déplacées sont les mêmes que ces dernières années sont les plus connus pour leurs guerres sans fin: le Yémen, la Syrie, la Libye et l'Irak ».
En réponse à son expérience à Lampedusa et Lesbos, le pape François a créé la Section des migrants et des réfugiés: un petit département dynamique du Vatican dirigé personnellement par lui, convaincu que des efforts et une attention particuliers sont nécessaires pour garantir que les personnes forcées de fuir ne soient laissé pour compte.
«Nous ne pouvons sortir de cette situation qu'ensemble, comme toute l'humanité», souligne toujours le Pape à chaque occasion.
La pandémie COVID-19 a sans aucun doute rendu la situation des migrants, des réfugiés, des personnes déplacées et des victimes de la traite des êtres humains encore plus difficile. Déjà vulnérables avant la propagation du virus, ils sont désormais confrontés à de nouvelles souffrances et de nouvelles injustices, qui affectent leurs droits, leur sécurité et leur santé
.

Lire la suite : ...

Le vingtième anniversaire est dédié au centenaire de la naissance de Salvo D’Acquisto. Le président a rappelé le brigadier adjoint qui a sacrifié sa vie pour les autres. Sur les 5 étages du Musée - en totale conformité avec les règles de Covid - des vidéos inédites et des témoignages ont été projetés.
Cet événement, déclare le président Capasso, veut rendre hommage à une personnalité louable qui honore les carabiniers et l'Italie.
A cette occasion, le Président Capasso a annoncé que dans les mois à venir l'ensemble du bâtiment du Musée sera dédié aux «Carabiniers, fidèles au fil des siècles».
Le 23 septembre 1943 - les vidéos du Musée l’annoncent - le brigadier adjoint Salvo D’Acquisto, récompensé de la médaille d’or de la valeur militaire pour la mémoire, sacrifie sa vie pour sauver celle de 22 innocents.
La veille - il y a 77 ans - l'explosion de certaines caisses de munitions a tué un soldat allemand et en a blessé deux. Les caisses ont été déposées dans une caserne abandonnée de la Guardia Di Finanza, dans le quartier de Torre di Palidoro et non loin de Torrimpietra, où se trouvait le poste des carabiniers commandé par Salvo D’Acquisto.
Bien qu'il s'agisse d'un accident, l'événement est considéré par les milices allemandes comme une attaque sans scrupules organisée par les Italiens. D'Acquisto essaya de les persuader qu'il s'agissait d'un accident mais l'officier nazi n'accorda pas de poids à ses explications.
Il ordonna de rassembler 22 personnes au hasard parmi les maisons de la petite ville de la province romaine et les fit amener près de la tour de Palidoro.
Ils ont tous été brièvement interrogés mais leur version n'a pas été entendue. Salvo D’Acquisto, face à la mauvaise tournure prise par les événements, a décidé de se tourner vers un officier nazi et a offert sa vie en échange de la libération des 22 otages, déjà contraints de creuser leur propre tombe.
Il était 17h15 lorsque Feldwevel Hansel Feiten donna l'ordre fatal. Avant de mourir sous les balles allemandes, D'Acquisto a crié "Vive l'Italie!"
Aujourd'hui, 77 ans après son acte héroïque et à l'occasion du 100e anniversaire de sa naissance, les carabiniers ont commémoré son sacrifice.
À Naples, le commandant interrégional "Ogaden" général du corps d'armée Adolfo Fischione, avec le commandant de la légion des carabiniers Stefanizzi et d'autres officiers de l'arme ont rendu hommage au tombeau de Salvo D'Acquisto dans la basilique de Santa Chiara et ont ensuite déposé un couronne de laurier au monument de la Piazza Salvo D'Acquisto, en présence du préfet
Valentini
.

Lire la suite : ...

Journée spéciale au Musée de la Paix - MAMT le 5 septembre 2020. En ce jour, nous célébrons Sainte Thérèse de Calcutta, l'anniversaire de la naissance du juge Antonino Caponnetto (5 septembre 1920) et le dixième anniversaire du meurtre d'Angelo Vassallo, le maire - Pêcheur d'Acciaroli.
Après la Sainte Messe et la visite de la chapelle dédiée à Sainte Thérèse de Calcutta, 3 vidéos émouvantes ont été montrées sur les protagonistes de cette journée
.

Lire la suite : ...

Les célébrations du centenaire de la naissance de Nino Caponnetto, juge créateur de sa piscine historique ou "Nonno Nino" pour les milliers et milliers d'enfants ont eu lieu à Florence et à Naples (siège de l'OMCOM et Musée de la Paix - MAMT) rencontré, jusqu'au dernier moment de sa vie, dans les écoles de toute notre Italie oublieuse.
«Il aimait Florence, il en était aimé et il l'est encore aujourd'hui. Il aimait Palerme, il était aimé mais pas assez. Il a choisi d'être juge. Sans rien dire à sa femme, il a remplacé Rocco Chinnici tué à la méthode libanaise par Cosa Nostra. Il a obtenu la première sentence de la Cour constitutionnelle en tant que magistrat dans sa première fonction. Il a combattu en Afrique et est revenu plein de cauchemars et s'est aligné pour la paix. Il s'est entretenu avec des jeunes de toute l'Italie. Il a créé le premier pool anti-mafia avec quatre mousquetaires: Falcone, Borsellino, Guarnotta, Di Lello. Il a aimé sa femme Betta pendant 61 ans jusqu'à sa mort. Il a défendu la Constitution. Il a été le premier dans l'histoire de notre pays à faire condamner définitivement plus de 400 chefs de la mafia. Il pleura la mort de ses «enfants» Falcone et Borsellino. Il a dit «tout est fini», le regrettant immédiatement »
.

Lire la suite : ...