ARCHIVE D'ACTIVITÉ

Avec une série de webinaires - organisés au siège du Musée de la Paix - MAMT à Naples, au siège de la Fondazione Mediterraneo à Rome et dans d'autres lieux où se trouvent des membres de la "Fédération Anna Linsh Italia onlus" - la « Journée mondiale de droits humains ».
Le slogan choisi pour l'édition 2020 est « Récupérer mieux - Défendez les droits de l'homme ».
L'accent a inévitablement été mis sur la pandémie et sur la nécessité de veiller à ce que les droits de l'homme soient au cœur des efforts de relèvement.
« Les personnes et leurs droits - a écrit le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres - doivent être au centre des réponses et du relèvement. Le 10 décembre est l'occasion - conclut Guterres - de réaffirmer l'importance des droits de l'homme dans la reconstruction de monde que nous voulons, le besoin de solidarité mondiale, ainsi que notre interdépendance et notre humanité partagée ».
« Des cadres de référence universels tels que la couverture santé pour tous sont nécessaires pour vaincre cette pandémie et nous protéger pour l'avenir », a souligné le président de la Fondazione Mediterraneo Michele Capasso à la fin de son discours. La crise causée par la pandémie de coronavirus a accru la pauvreté, accru les inégalités et la discrimination, mettant en évidence les lacunes dans la protection des droits de l'homme. C'est pourquoi, à l'occasion de cette journée, la Fondation et la Fédération Anna Lindh Italia ont souhaité partager un manifeste programmatique pour aborder les principales questions critiques qui ont fortement émergé en 2020:

  • mettre fin aux discriminations de toutes sortes: la discrimination structurelle et le racisme ont alimenté la crise. L'égalité et la non-discrimination sont des conditions fondamentales pour un monde post-Covid
  • lutter contre les inégalités: il est nécessaire de promouvoir et de protéger les droits économiques, sociaux et culturels pour un nouveau contrat social
  • encourager la participation et la solidarité: des individus aux gouvernements, de la société civile et des communautés de base au secteur privé, tous ont un rôle à jouer dans la construction d'un monde post-Covid meilleur pour les générations présentes et futures
  • promouvoir le développement durable: les droits de l'homme, l'agenda 2030 et l'accord de Paris sont les pierres angulaires d'une reprise qui ne laisse personne de côté

La Journée mondiale des droits de l'homme est une célébration supranationale organisée dans le monde entier le 10 décembre de chaque année. La date a été choisie pour commémorer la proclamation par l'Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration universelle des droits de l'homme le 10 décembre 1948.
La création officielle de la Journée a eu lieu lors de la 317e réunion mondiale de l'Assemblée générale des Nations Unies le 4 décembre 1950, lorsque la résolution 423 (V) a été promulguée qui invitait tous les États membres et toutes les organisations impliquées et intéressées à célébrer la journée de la manière qui leur convient le mieux.
La Journée est l’un des événements phares du calendrier du Siège des Nations Unies à New York et est honorée par des conférences politiques de haut niveau et des événements culturels tels que des expositions ou des concerts sur le thème des droits de l’homme. En outre, ce jour-là, les deux prix les plus importants sur le sujet sont traditionnellement décernés, à savoir le prix quinquennal des droits de l'homme des Nations Unies, décerné à New York, et le prix Nobel de la paix à Oslo; en plus de ces récompenses, de nombreuses autres organisations internationales, non gouvernementales, civiles et humanitaires du monde entier choisissent cette journée pour des événements importants: parmi lesquels la «Fondazione Mediterraneo» et la «Anna Lindh Italia Federation onlus».