2020 (FR)

La Fondazione Mediterraneo soutient et partage le document intitulé « L'Humana Communitas à l'ère de la pandémie». Réflexions dépassées sur la renaissance de la vie »: le deuxième document - le premier date du 30 mars 2020 - que l'Académie pontificale pour la vie consacre aux conséquences de la crise sanitaire mondiale et à son interprétation.

« Dans la souffrance et la mort de tant de gens, nous avons appris la leçon de la fragilité », écrit le texte. Le document souligne l'importance d'un changement de rythme: des efforts mondiaux et une coopération internationale déterminée sont nécessaires pour relever le défi d'un avenir plus juste et plus juste, dont les maîtres mots sont l'amélioration des soins de santé pour tous et la vaccination. «Nous n'avons toujours pas accordé suffisamment d'attention, en particulier au niveau mondial, à l'interdépendance humaine et à la vulnérabilité commune. Le virus ne reconnaît pas les frontières, mais les pays ont scellé leurs frontières. Contrairement à d’autres catastrophes, la pandémie n’a pas touché tous les pays à la fois. Bien que cela aurait pu fournir une occasion d'apprendre des expériences et des politiques d'autres pays, le processus d'apprentissage à l'échelle mondiale a été minime. En effet, certains pays se sont parfois engagés dans un jeu cynique d'accusation mutuelle ".

«Le phénomène Covid-19 n'est pas seulement le résultat d'événements naturels. Ce qui se passe dans la nature est déjà le résultat d'une interaction complexe avec le monde humain de choix économiques et de modèles de développement, eux-mêmes «infectés» par un autre «virus» de notre création: ce virus est le résultat, plutôt que le cause, de cupidité financière, de complaisance envers des modes de vie définis par la consommation et l'excès. Nous avons construit un ethos de prévarication et de mépris pour ce qui nous est donné dans la promesse primordiale de la création. Pour cette raison, nous sommes appelés à reconsidérer notre relation avec l'habitat naturel. Reconnaître que nous vivons sur cette terre en tant qu'administrateurs, non en tant que maîtres et seigneurs ». Cependant «Par rapport aux difficultés des pays pauvres, en particulier dans les pays dits du Sud, les troubles du monde« développé »apparaissent plutôt comme un luxe: seuls les pays riches peuvent se permettre de se conformer aux exigences de sécurité. Chez les moins fortunés, en revanche, la «distanciation physique» est tout simplement impossible en raison de besoins et de circonstances tragiques: les environnements surpeuplés et l'impossibilité de réaliser des distanciations durables constituent un obstacle insurmontable pour des populations entières. Le contraste entre les deux situations met en évidence un paradoxe strident, qui, une fois de plus, raconte l'histoire du bien-être disproportionné entre pays riches et pays pauvres ".

La crise a montré les possibilités et les limites des modèles centrés sur les soins hospitaliers: "Bien sûr, dans tous les pays, le bien commun de la santé publique doit être équilibré par rapport aux intérêts économiques" et les maisons de retraite et les personnes âgées ont été coup dur. Il faut également ajouter que «les discussions éthiques sur l'allocation des ressources se sont principalement fondées sur des considérations utilitaires, sans prêter attention aux personnes les plus vulnérables et exposées aux risques les plus graves. Dans la plupart des pays, le rôle des médecins généralistes a été ignoré, alors que pour beaucoup, ils sont le premier point de contact avec le système de soins. Le résultat a été une augmentation des décès et des incapacités causées par des causes autres que Covid-19 ".

La réponse qui doit être apportée à la pandémie de Covid-19 ne peut être réduite au niveau organisationnel et gestionnaire. En relisant la crise à travers, le texte met en évidence tout ce que nous pouvons apprendre à un niveau plus profond. La fragilité, la finitude et la vulnérabilité dans lesquelles tous les êtres humains se sont trouvés unis nous poussent à une conversion qui inclut et élabore existentiellement et socialement l'expérience de la perte, en tant que partie constitutive de la condition humaine. Ce n'est qu'à partir de cette prise de conscience qu'il sera possible d'impliquer la conscience et une conversion qui nous permettent de nous sentir responsables en solidarité dans une fraternité mondiale (cf. Pape François, Humana communitas, 6 janvier 2019).

Professeur académique Contribution à la rédaction du texte. Roberto Dell'Oro, prof. Stefano Semplici, prof. Henk ten Have
.