ARCHIVIO 2010/2019 (FR)

La conférence de presse pour la présentation de la conférence internationale "MED BLUE ECONOMY" organisée par la CISE,  Confédération italienne pour le développement économique, en collaboration avec la Région de Campanie et la Fondazione Mediterraneo a eu lieu au siège de la Fondazione Mediterraneo et du Musée de la Paix.
Ont participé: Michele Capasso, président de la Fondazione Mediterraneo, Giuseppe Romano, président de la CISE, Antonio Marchiello, conseiller pour les activités de production de la Région de Campanie, Ciro Fiola, président de la Chambre de commerce de Naples, Salvatore Forte, président du Consorzio Industriale Sud Pontino et Raffaella Pignetti Président Consortium ASI Caserta.
Promouvoir l'internationalisation des entreprises italiennes en Méditerranée: tel est l'objectif premier de la Med Blue Economy, l'événement qui se déroule à Naples: la troisième étape, après La Valette et Tunis, les "trois jours" (du 14 au 16 février 2018), roadshow accueillera la présentation de projets visant à lancer des investissements et à attirer des capitaux étrangers, mais surtout à aider les entreprises désireuses de se développer dans certains pays méditerranéens clés tels que l'Égypte, Malte et la Tunisie.
"Dans cette étape napolitaine - a expliqué Giuseppe Romano, président de la CISE - nous avons pu impliquer un partenaire important tel que la région Campanie, avec la présence constante du département de la production et où nous pouvons compter sur la participation constructive d'autres pays méditerranéens, cela nous permet de jeter des fondements concrets à notre idée de base qui est de créer une macro région de la Méditerranée indépendante des frontières politiques".
Les entreprises à vocation internationale ont également des engagements précis, comme l’a expliqué Antonio Marchiello, Conseiller pour les activités de production de la Région de Campanie: "Les entreprises ont l’obligation de rester dans notre région pendant sept ans, mais nous espérons que ce paramètre temporel pourra d’autres années, parce que nous nous engagerons à accompagner les activités entrepreneuriales qui commencent à s’améliorer et à ne pas aboutir, comme par le passé, à des fermetures qui provoquent toujours le chômage ».